Sainte Métropole de Vera, Naousia et Campana (Grèce): La Sainte Communion sans… jeûner???

Sainte Métropole de Vera, Naousia et Campana (Grèce): La Sainte Communion sans… jeûner???

(Il ne s’agit pas ici de supprimer le jeûne eucharistique depuis la veille au soir, mais les jeûnes ajoutés à celui-ci sans raison spirituelle véritable!)


Dans la Sainte Bible, nous entendons l’invitation: „Mon fils, donne-moi ton cœur”. Dieu demande le cœur de l’homme, afin que l’homme puisse vivre et respirer selon Sa volonté.
Malheureusement, même dans la sphère de ceux  que l’on appelle fidèles, la volonté de Dieu ne l’emporte pas – notre propre volonté l’emporte. Et c’est là que les choses deviennent tragiques, parce que, même si les gens sont familiarisés avec la Parole de Dieu, ils semblent la manipuler pour l’adapter à leurs propres mesures.

Il y a des „startsy” spirituels qui découpent et élaborent les choses d’une manière qui peut assurer le confort et la facilitation de la vie de leurs enfants spirituels, dans le seul but de ne pas les perdre et donc de se rendre naturels et saints, au lieu de guider ceux que Dieu a leur a confiés pour le bien de leur salut. Ces startsy légifèrent sur leurs opinions personnelles et proposent des traditions qu’ils ont personnellement adoptées (même si ces traditions se trouvent être anciennes), sans vérifier si elles sont réellement dans la Tradition de l’Église. Tout ce qui est ancien, n’est pas également une tradition de l’Evangile. La volonté de Dieu est remplacée par un „autre évangile”, résultant d’un obscur „illibéral staretz-system”, avec des traditions profanes et des lignes directrices humaines, pour l’amour d’imposer l’autorité spirituelle et la captivité des âmes.

Ainsi, par exemple, sur la question de la Sainte Communion – ce n’est pas la volonté de Dieu qui l’emporte, mais celle des gens, ils surchargent les chrétiens avec des fardeaux insupportables et les «traditions», et ceci devient indirectement la cause pour les gens de s’aliéner la Sainte Communion . En d’autres termes, ils imposent des jeûnes avec de l’huile et sans huile, avec un ton élevé de contrainte et de peur. Ils déterminent le temps et les fréquences de la Sainte Cène, totalement inconscients de la parole du Christ et de la Sainte Tradition de l’Église concernant la Sainte Communion constante. Ils imposent le jeûne comme un acte impératif avant la Sainte-Cène – une imposition qui n’est ni écrite nulle part, ni remise comme une tradition. Ils se concentrent tout autour de ce que les gens doivent manger, et de ce qu’ils doivent boire, et quand, et jusques à quelle heure, alors qu’ils ignorent la condition principale: celle de cultiver la préparation spirituelle des gens, ce qui est précisé dans l’invitation: „Avec crainte de Dieu, foi et amour, approchez du Seigneur… ”

Ainsi, de nombreux chrétiens s’abstiennent de la Sainte Communion, simplement parce qu’ils n’ont pas jeûné, même si leur passion est sans limite et que leur repentir est actif et vivant; tout à l’opposé, il y a beaucoup de gens religieux qui viennent et reçoivent facilement la Sainte Communion simplement parce qu’ils ont jeûné- après s’être rigoureusement abstenus de nourriture et s’être sentis satisfaits de cet effort – car en eux loge un hédonisme pharisaïque, pour avoir (soit-disant) atteint la sainteté et un certain mérite.Afin donc d’approcher le grand mystère de la divine Eucharistie, nous devons nous  être préparés, après avoir bien reçu la bénédiction de notre père spirituel qui – ayant discerné notre repentir et reconnu notre disposition à être transformés en de nouvelles personnes – nous incite à approcher du grand mystère avec crainte, foi et amour.Donc, pour éviter tout malentendu: chaque chrétien(ne) doit se préparer adéquatement, afin de recevoir le Seigneur Lui-même en lui. Mais, en ce qui concerne l’abstinence de nourriture (jeûne), n’a nulle part l’Eglise n’énonce une telle règle; elle signale plutôt que le chrétien doit jeûner le mercredi et vendredi, pendant les périodes de jeûne de Noël et le Grand Carême de Pâques, pendant la période du jeûne de la Dormition du 15 août, etc Donc, l’Eglise a nommé des jours spécifiques pendant l’année pendant lesquels elle exhorte les fidèles à jeûner.
Nulle part l’Eglise dit que c’est une règle de jeûner [mis à part le jeûne eucharistique depuis minuit] afin de recevoir la Sainte Communion. Avez-vous observé tous les jeûnes prédéterminés de notre Église? Si oui, alors vous ne devriez plus être préoccupés par cette question. Toutefois, si votre père spirituel juge que cela serait mieux pour votre usage personnel, d’avoir une meilleure préparation, s’il serait mieux que vous jeûniez pendant une journée (par exemple), alors vous devriez le respecter, pour l’amour de l’obéissance envers votre père spirituel, et non pas parce que c’est une supposée règle officielle de l’Église.
Si ce qui précède n’est pas un valide, alors il aurait été illogique pour l’Eglise d’allouer des jours spécifiques de l’année pour le jeûne; Elle aurait pu, au lieu de cela nous dire de jeûner un, deux ou trois jours avant de recevoir la Sainte Communion. Par ailleurs, les enfants devraient nécessaires aussi jeûner et consommer des aliments sans huile! Par conséquent le jeûne, et la Sainte Communion ne sont pas directement liés; ou peut-être  seulement de manière indirecte, en vue d’une conscience ascétique qui nous devrions tous avoir. Ce qui est illogique, c’est que bien souvent nous persévérons si vigoureusement avec notre préparation avant la Sainte Communion, qu’après que nous ayons reçu la Sainte Communion, nous nous relâchons. En d’autres termes, quand nous n’avons pas le Christ en nous d’une part, nous nous abstenons de nourriture et faisons preuve de retenue (et nous devrions faire ainsi), mais d’un autre côté, quand nous avons le Christ en nous, après la Communion au Corps et au Sang de notre Seigneur, la conscience ascétique disparaît, comme si elle n’était plus nécessaire parce que le but a été atteint – c’est-à-dire: nous avons reçu la Sainte Communion!
Mais comment est-il possible, tout en n’ayant pas le Christ en moi, de faire preuve de retenue et de jeûner, puis quand je L’ai véritablement en moi, de devenir négligent à l’égard des questions spirituelles? En d’autres termes, avant de recevoir la Sainte Communion certaineschoses sont „interdites”, mais maintenant que j’ai reçu la Sainte Communion et que je suis devenu comme le Christ, les mêmes choses ne sont plus interdites?Ainsi, nous nous rendons compte que la logique de beaucoup – sinon tous – les chrétiens est incorrecte. Cela ne veut pas dire que, après la Sainte Communion, je peux faire ce que j’aime, sans inhibition, au contraire, après avoir reçu la Sainte Communion, je dois être encore plus prudent dans mon attention spirituelle, afin que la Sainte Communion  puisse effectivement œuvrer en moi et me transformer, pour m’aider à surmonter les faiblesses et véritablement devenir le support qui va me conduire vers la vie éternelle.

Version française Claude Lopez-Ginisty

Lasă un răspuns

Adresa ta de email nu va fi publicată.

%d blogeri au apreciat: